Politique

La Dècriminalisation et Les Mesures Visant a Rèduire Les Meafaits

Le Canada doit faire face à la crise des opioīdes en favorisant la decriminalisation

La Dècriminalisation et Les Mesures Visant a Rèduire Les Meafaits

LA DÉCRIMINALISATION IMMÉDIATE DU CANNABIS ET L’OCTROI DE PARDONS COMPLETS


 L’incarcération de Canadiens et de Canadiennes pour des infractions de possession de cannabis est dommageable et irréfléchie puisque le gouvernement en légalisera l’usage bientôt. Cela touche les groupes racisés hors de toutes proportions. C’est pourquoi Jagmeet demande :

  • Qu’on décriminalise sur-le-champ la possession de quantité de cannabis pour usage personnel, alors que la légalisation se poursuit au Parlement.
  • Qu’on pardonne sur-le-champ à ceux condamnés pour la possession de petites quantités de cannabis à usage personnel.
  • Qu’on offre une aamnistie générale et qu’on retire les accusations portées contre ceux qui ont été inculpés pour la possession de petites quantités de cannabis à usage personnel.
  • Qu’on prévoie des mesures pour passer en revue les inculpations où l’infraction de départ était la possession de cannabis pour usage personnel et à cet effet, mettre en place des mesures de justice réparatoire pour les personnes âgées de moins de 30 ans qui ont subi des préjudices à cause de ces accusations. 

LA VOIE DE LA DÉCRIMINALISATION COMPLÈTE


Il est grand temps que le Canada remette en question les conséquences négatives de la criminalisation de l’usage personnel de drogues et de substances illicites. Le Canada a urgemment besoin de fournir du soutien aux personnes qui passent par la voie de l’automédication en faisant l’usage de drogues illicites afin de traiter un traumatisme, les conséquences de la violence, les maladies mentales et l’itinérance.

  • Formera un groupe de travail composé d’experts pour déterminer la voie à adopter pour décriminaliser la possession de substances réglementées et suivre l’exemple du Portugal en la matière
  • Exiger du gouvernement Trudeau qu’il émette des directives pour que la police cesse de contrôler l’usage des substances et des drogues réglementées et qu’il mette fin aux arrestations pour possession dans les communautés les plus touchées par ces surdoses

FAIRE FACE À LA CRISE DES OPIOÏDES


Face à cette crise de surdoses d’opioïdes qui secoue le pays en détruisant les familles et les communautés, nous devons agir sur-le-champ. C’est pourquoi Jagmeet demande aux autorités fédérales d’agir immédiatement pour qu’elles :

  • Rencontrent les maires et qu’elles élaborent un plan qu’ils s’engagent à mettre en œuvre et qu’Ils suivent les recommandations émises par le groupe de travail luttant contre la crise d’opioïdes
  • Constituent une équipe qui encadrera le travail des agences fédérales et se concentrera sur la crise d’opioïdes. Son mandat sera de trouver les ressources financières nécessaires et de mettre en place des mesures pour contrer cette crise
  • Accélèrent le traitement des requêtes en matière de service de consommation supervisée
  • Rendent public l’usage des antagonistes des opiacés comme traitement et qu’elles en fassent un service essentiel. Qu’elles donnent le mandat aux provinces de fournir de la méthadone et de buprénorphine gratuitement
  • Fournissent de l’assistance aux municipalités, aux villes, aux provinces et aux Premières nations pour leur programme de distribution gratuite de Naloxone
  • Fassent l’annonce d’un financement d’urgence à répartir entre les provinces les plus touchées par la crise des opioïdes qui doit servir à dispenser des prescriptions médicales d’héroïne et d’hydromorphone
  • Accélérèrent la formation des praticiens de la santé dans l’ensemble du pays en matière de réduction des méfaits et de pratiques éclairées pour traiter les traumatismes
  • Exigent qu’à leur sortie de prison, les toxicomanes connus reçoivent un plan de sortie adapté à leurs besoins en matière de logement, d’aide sociale, de suivi médical et de désintoxication.