Nouvelles

Déclaration pour la fête du Canada

Il y a presque quarante ans, ma mère et mon père ont fait leurs bagages, serré leurs proches, et quitté leur pays natal pour commencer une nouvelle vie au Canada. Comme tant de nouveaux arrivants, mes parents étaient reconnaissants de la sécurité et de l’opportunité que le Canada les offrait. Ils nous ont rappelés - à moi, mon frère et ma soeur - du privilège qu’on a eu pour poursuivre une meilleure vie.

En cette journée de fête du Canada, je suis particulièrement fier d’être le fils d’immigrants qui ont réussi leur nouvelle vie ici. Ce que j’ai moi-même accompli a été possible grâce aux Canadiens et Canadiennes qui m’entourent et qui m’ont soutenu.

Comme fier fils d’immigrants, je tiens la responsabilité de raconter l’histoire de ma famille. La violence, un produit du colonialisme, a fait en sorte qu’il n’était pas sécuritaire pour mes parents de rester dans leur pays d’origine. Je tiens également la responsabilité de nommer le colonialisme dont je témoigne ici au Canada. C’est pourquoi aujourd’hui, alors que nous commémorons 150 années depuis la confédération, je suis également porté à réaffirmer mon engagement à décoloniser les rapports du Canada avec les Premières Nations et avec les peuples inuits et métis.

Le jour de la fête du Canada, nous avons le privilège de célébrer un pays qui est généreux à beaucoup de personnes. Nous avons également une responsabilité à reconnaître et à commémorer la façon dont les structures coloniales continuent à laisser pour compte les peuples autochtones.

Demain, et pour les prochaines 150 années, aspirons à mieux en apprenant notre histoire, en décolonisant nos rapports entre nous et avec notre territoire, et en travaillant à la réconciliation et à une véritable relation de nation à nation, pour que nous puissions tous être prospère, ensemble.