Nouvelles

Déclaration à l’occasion de la Journée mondiale du réfugié

« Nous commémorons la force, le courage et la résilience de millions de réfugiés. La Journée mondiale du réfugié est également l’occasion pour le grand public de montrer son soutien aux familles déracinées. » Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés

L’ONU fait appel au public pour qu’il exprime son soutien aux personnes déracinées en cette Journée mondiale des réfugiés. Cette année est marquée par l’incertitude et des changements inquiétants. Il est crucial qu’en tant que Canadiens et Canadiennes, nous continuions à lutter pour la sécurité des personnes déplacées.

 En tant que personne issue d’une communauté de la diaspora, je comprends la douleur et l’incertitude qui accompagnent la perte de son chez soi. Persécutés dans leur pays d’origine, mes parents sont venus au Canada afin de se construire un avenir meilleur et pour fonder une famille. Mes parents furent accueillis avec bienveillance et ils ont été en mesure de réaliser leurs rêves. Néanmoins, cette lutte ne se limite pas à leur génération.

 Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime que plus de 65 millions de personnes doivent vivre avec la notion qu’ils ne pourront probablement jamais retrouver leur demeure. C’est avec compassion que nous reconnaissons que les réfugiés, ainsi que les personnes déplacées au sein des frontières de leur pays, ont pour préoccupation fondamentale de trouver la sécurité, la stabilité et de réunir leur famille dispersée partout dans le monde. C’est avec amour que j’affirme que ces personnes ont droit à une vie meilleure.

 Je suis fier que le Canada soit parmi les leaders mondiaux dans la lutte pour la protection et l’accueil des réfugiés. Ceci dit nous pouvons faire tellement mieux.

 Le Canada doit investir plus de ressources, à la fois au sein du Ministère de l’Immigration, Réfugiés et de Citoyenneté du Canada et au sein des organismes d’intervention de première ligne qui accueillent les réfugiés. Il faut faire de la réunification quelque chose de possible pour toutes les familles accueillies au Canada et il faut offrir un soutien aux nouveaux arrivants afin qu’ils soient à même de trouver du travail et de reconstruire leur vie.

 J’interpelle le gouvernement Trudeau afin qu’il abroge l’Accord sur les tiers pays sûrs, qu’il augmente les cibles d’accueil de réfugiés en 2017, qu’il réduise le délai de traitement au sein du processus de parrainage et qu’il s’engage à explorer de nouvelles avenues pour protéger les réfugiés du monde entier. Ces mesures doivent être accompagnées d’un financement suffisant afin de permettre aux nouveaux arrivants l'accès aux ressources juridiques adéquates pour soutenir leur demande.