Nouvelles

Déclaration de Jagmeet Singh à l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

En cette journée internationale contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT), le candidat à la chefferie du NPD Jagmeet Singh a lancé un appel au gouvernement du Canada pour demander plus de support pour les personnes gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres, queer, double esprit et intersexes d’ici au Canada et de partout dans le monde.

En cette journée internationale contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT), le candidat à la chefferie du NPD Jagmeet Singh a lancé un appel au gouvernement du Canada pour demander plus de support pour les personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles, transgenres, queer, double esprit et intersexes d’ici au Canada et de partout dans le monde.

« La journée internationale contre l’homophobie et la transphobie est une occasion pour moi de reconnaître les militant.e.s LGBTQI2S+ qui luttent contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie » a remarqué Singh. « Aujourd’hui, je réaffirme ma solidarité avec toutes les personnes qui luttent en faveur d’une plus grande inclusion et pour les droits humains. La journée internationale contre l’homophobie et la transphobie est également une occasion pour exiger que plus de gestes concrets soient mis de l’avant afin de lutter contre toute forme de discrimination et contre la bigoterie. »

S’il est vrai que le Canada est un exemple en ce qui concerne la protection des droits des personnes LGBTQI2S+, nous devons toujours nous rappeler qu’il n’en est pas ainsi à l’échelle internationale.  De plus, à l’échelle nationale, nous devons nous assurer que les droits LGBTQI2S+ reflètent les besoins et les souhaits des membres de ces communautés et que ces dernières soient en mesure d’exercer leurs droits équitablement et sans discrimination.

Le harcèlement et la violence sont toujours présents au Canada pour trop de jeunes LGBTQI2S+. Ottawa se doit d’interdire la discrimination face à l’identité sexuelle et l’expression du genre. Le gouvernement doit élargir les protections anti-haine afin d’inclure les personnes trans et non binaire et finalement, il doit mettre fin à l’interdiction de don de sang basée sur l’orientation sexuelle qui affecte notamment les hommes gais.

À l’échelle internationale, des communautés luttent courageusement pour éduquer leurs législateurs, souvent dans des environnements hostiles. Cette semaine, l’association internationale des lesbiennes, gais, bisexuels, transsexuels et intersexués a publié leur rapport qui s’intitule: « State-Sponsored Homophobia», ce document révèle que 72 pays ont interdit l’activité sexuelle consensuelle et privée entre deux personnes du même sexe. Le rapport dévoile qu’au sein de 13 pays membres des Nations Unies les adultes de même sexe qui ont des relations sexuelles sont condamnés à mort.  

On le voit en Tchétchénie. Il devient de plus en plus dangereux pour les personnes LGBTQI2S+ d’y habiter de façon sécuritaire. Notre gouvernement doit en faire plus pour protéger la communauté globale LGBTQI2S+. Nous devons exercer notre influence diplomatique et offrir plus de support aux communautés touchées. Nous avons également l’obligation de venir en aide aux ONG qui travaillent d'arrache-pied pour criminaliser la discrimination et la persécution des personnes LGBTQI2S+.

Nous sommes plus généreux et plus forts lorsque nous faisons preuve d’ouverture et d’inclusion et lorsque nous valorisons cette diversité qui nous enrichit collectivement. Nous, les néo-démocrates, croyons en la justice sociale et rêvons d’un pays qui accueille toutes les personnes de façon authentique. Nous voulons nous assurer que toute personne a une opportunité égale de réaliser ses rêves. Le NPD continuera de mettre dans ses plus hautes priorités la protection des droits LGBTQI2S+ et je m’engage à mener ce combat en tant que futur chef du NPD.